LE DIVORCE ET LA FISCALITE

Le mariage entraîne des effets d’ordre moral et patrimonial parmi lesquels la naissance d’une solidarité fiscale à compter de la date du mariage.

Celle-ci se traduit par une imposition commune des revenus, de la fortune et de la taxe d’habitation.

Le divorce ou la séparation du couple a également des incidences d’ordre fiscal souvent plus complexes que le mariage notamment du fait des conséquences du divorce en lui-même (fixation de pensions alimentaires, prestation compensatoire…) et du partage de la communauté de biens créée pendant le mariage.

Ainsi les époux ont tout intérêt à examiner, préalablement à toute procédure de séparation ou de divorce, l’incidence de leurs demandes en matière fiscale.

En premier lieu, l’autorisation de résidence séparée donnée, soit par une ordonnance de non conciliation, soit par un jugement de divorce, entraîne la fin de la solidarité fiscale et donc l’imposition séparée de chaque époux.

Il est à noter que, en principe, les époux restent solidaires des dettes fiscales contractées pendant le mariage, même après la dissolution du couple.

Depuis le 1er janvier 2008 il est possible de solliciter une décharge de responsabilité solidaire lorsque certaines conditions sont remplies.

L’Administration fiscale a ainsi voulu mettre un terme à des situations parfois désespérées, où l’époux qui restait solvable après le divorce était tenu d’apurer seul les dettes fiscales nées pendant le mariage du fait de l’autre époux.

En second lieu, le divorce entraîne souvent des modifications dans l’assiette fiscale des contribuables :

En matière de pension alimentaire :

Le principe est que toute pension alimentaire versée ouvre droit à déduction pour le conjoint qui la verse et est imposable pour le conjoint qui la reçoit.

Si ce principe pose peu de problèmes lorsque les pensions prennent la forme d’une somme d’argent, la situation est bien différente lorsqu’il s’agit de pensions en nature telles que la mise à disposition d’un bien propre, la prise en charge d’une partie des prêts communs, etc.

En effet, certaines pensions versées en nature peuvent être également déduites des revenus selon la qualification juridique donnée par le Juge dans sa décision et les prises de position des services des impôts.

En matière de prestation compensatoire :

La prestation compensatoire, destinée à compenser la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie des époux, prend la forme d’un capital qui peut être versé soit sous la forme d’une somme d’argent en une seule fois ou de façon échelonnée, soit par attribution de droits réels sur des biens immeubles.

De façon extraordinaire la prestation compensatoire peut prendre la forme d’une rente viagère.

Selon la modalité de versement choisie, les effets fiscaux ne seront pas les mêmes ni pour le créancier ni pour le débiteur.

En matière de partage :

La difficulté essentielle concerne l’imposition sur la plus-value dans la vente des biens immeubles.

Une exonération est possible lorsque le bien immeuble constitue la résidence principale du vendeur.

En raison du divorce ou de la séparation de corps, cette condition n’est pas toujours remplie au moment d’établir les déclarations fiscales puisque souvent l’un des époux a quitté ce domicile pendant la procédure.

Il est donc nécessaire de justifier de certains éléments auprès de l’administration pour bénéficier de cette exonération (motivation de la vente, date, marché de l’immobilier…)

Les époux ont donc tout intérêt à tenir compte dans la réflexion préalable à la mise en place d’une procédure des incidences fiscales de leur séparation pour optimiser dans la mesure du possible le montant de leurs obligations contributives.

Les commentaires sont fermés.